Quelles sont les conditions pour devenir chauffeur de VTC ?

Quelles sont les conditions pour devenir chauffeur de VTC ?

Par Marie Théobald


LE SCAN ÉCO – Les chauffeurs de VTC ont des casiers judiciaires vierges, ce qui n’empêche pas qu’ils soient fichés S. Le Figaro détaille les conditions requises pour exercer le métier.
Un individu fiché S pour radicalisation peut-il devenir chauffeur de VTC? C’est la question que bien des Français se posent ce mardi 19 juillet, alors que les médias révèlent, quelques jours après les attentats de Nice, qu’un chauffeur a été interpellé dans la nuit de dimanche à lundi et que des détonateurs et quatre bâtons de dynamite de 100 g et des «documents laissant penser à une radicalisation» du conducteur ont été saisis à son domicile.
Au-delà des conditions que chaque société impose à ses candidats (voiture spécifique par exemple) pour devenir chauffeur de VTC, certains critères sont obligatoires pour exercer la profession. Le site du ministère de l’Intérieur détaille: détention du permis B depuis plus de trois ans, aptitude physique (attestation délivrée par un médecin agréé par la préfecture), diplôme de prévention et secours civiques de niveau 1, réussite d’un examen sous forme de 110 questions à choix multiples sur la sécurité routière, la réglementation, la gestion d’une entreprise, la relation client, la compréhension de la langue française et anglaise ou justification d’une expérience de chauffeur professionnel de transport de personnes d’au moins un an au cours des dix dernières années.
Des fichés S qui passent entre les mailles du filet

«Sont interdits d’exercer les chauffeurs condamnés pour certains délits: peine d’au moins six mois de prison pour vol, abus de confiance, délit du code de la route, etc», est-il précisé à la fin de l’énumération. En bref, il faut un casier judiciaire vierge, confirme le ministère des Transports qui s’occupe de la procédure.
«C’est ce que rappelle la loi que je défends», indique Laurent Grandguillaume, député de Côte d’Or (PS).
Dans tous les cas, les fichés S pourront passer entre les mailles du filet.
Le postulant doit aussi détenir une carte professionnelle VTC et être inscrit au registre VTC (renouvelable tous les cinq ans).
Pour se mettre à jour de la réglementation et des évolutions des pratiques professionnelles, le chauffeur suit un stage de formation continue d’au moins sept heures tous les cinq ans, dans un centre agréé. À l’issue du stage, une attestation de l’organisme de formation, signée et datée, valable 5 ans, doit lui être remise. Sans quoi, il ne pourra plus exercer.

Pour en savoir plus: http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/explicateur/2016/07/19/29004-20160719ARTFIG00149-comment-les-societes-de-vtc-recrutent-elles-leurs-chauffeurs.php

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*